Tag Archives: War

Ces voix qui disent « non » à la guerre en Syrie

28 Août

830045_1549806851

Pétitions, appels à manifester, rouspétage en ligne… Alors que se dessinent les prémices d’une intervention militaire occidentale contre la Syrie, plusieurs internautes américains, britanniques et français se mobilisent pour exprimer leur refus de la guerre. « Dangereuse », « illégitime », « coûteuse », les « pacifistes » occidentaux ont multiplié les raisons pour expliquer leur rejet de cette intervention, qui, selon les médias américains, pourrait commencer « dès jeudi » et durera trois jours.

Aux États-Unis, une pétition contre la guerre s’adressant au président Barack Obama et aux membres du Congrès a recueilli près de 8 000 signatures en moins d’un mois. « Vous ne pouvez pas éteindre un feu en versant de l’essence à côté, écrivent les activistes dans leur lettre. Il n’existe pas de solutions militaires en Syrie (…), plus de civils seront tués. » « Il est plus facile d’envoyer des avions, des bombes et des missiles que de les retirer, surtout si un avion est abattu ou si un pilote est capturé », poursuivent-ils, tout en appelant à la tenue de la conférence internationale sur la Syrie à Genève.

Selon un sondage Reuters/Ipsos, quelque 60 % des Américains se disent hostiles à une intervention des États-Unis en Syrie même si les allégations d’attaque chimique par le régime de Damas étaient avérées. Neuf pour cent seulement des personnes interrogées dans cette étude, réalisée entre le 19 et le 23 août – soit après le raid présumé du faubourg damascène de la Ghouta survenu le 21 août au matin –, pensent que le président Obama se doit d’agir.

Les activistes hostiles à la guerre en Syrie appellent par ailleurs à une manifestation « massive » aujourd’hui à Washington, au moment où Barack Obama doit prononcer un discours à l’occasion du 50e anniversaire du célèbre « rêve » de Martin Luther King.

Même ton de l’autre côté de l’Atlantique, où des pacifistes britanniques appellent à une « manifestation d’urgence », aujourd’hui, devant le bureau du Premier ministre David Cameron à Londres. « La plupart des Britanniques ont tiré les leçons des guerres en Afghanistan, en Irak et en Libye », écrivent les activistes. « Nous devons intensifier les mouvements de protestation afin d’empêcher (notre gouvernement) de nous impliquer dans une nouvelle guerre catastrophique », ajoutent-ils.
Selon un sondage réalisé par le journal The Telegraph, 74 % des Anglais se disent contre toute intervention militaire en Syrie. « D’autres manifestations sont prévues au cours du week-end », assurent-ils encore.

En France, plusieurs internautes ont pris d’assaut Twitter pour critiquer le discours du président François Hollande qui s’est dit « prêt à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents » en Syrie.

« We Love You » : quand Israéliens et Iraniens se parlent autrement

21 Mar

Alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu souffle le chaud et le froid sur une éventuelle guerre contre l’Iran, les initiatives individuelles se multiplient en Israël pour exprimer le refus d’un tel conflit. La dernière en date est le lancement d’une campagne en ligne invitant les Israéliens à exprimer leur amour aux Iraniens. L’idée est d’envoyer une photo personnelle accompagnée d’un petit (mais puissant) message : « Iraniens, nous ne bombarderons jamais votre pays. Nous vous aimons. » Avec un site Internet et une page Facebook, la campagne a attiré des dizaines de participants et des milliers de « fans ».

« Pour qu’une guerre éclate entre nous, il faut que nous ayons peur l’un de l’autre, il faut qu’on se déteste, écrit Ronny Edry, l’homme à l’origine de cette initiative, sur le site de la campagne. Je n’ai pas peur de vous, je ne vous déteste pas. Je ne vous connais même pas. Aucun Iranien ne m’a jamais fait du mal. Le seul Iranien que j’ai rencontré était dans un musée à Paris. Un type sympa. » « Je ne suis pas un représentant officiel de mon pays, poursuit le graphic designer de Tel-Aviv. Je suis père et enseignant. Je connais les rues de ma ville, je parle avec mes voisins, ma famille, mes étudiants, mes amis, et au nom de tous ces gens… nous vous aimons. Nous ne voulons pas vous faire du mal. Au contraire, nous aimerions vous rencontrer, boire un café et parler de faits divers. (…) »

Ronny, posant avec sa fille.

Lancée mercredi dernier, la campagne « a dépassé toutes les attentes », selon Ronny. « En quelques heures, la page a été partagée des centaines de fois et j’ai reçu des milliers de messages d’amour et d’amitié de la part d’Iraniens », confie-t-il à CNN. Dans l’un de ces messages, un Iranien, dont Ronny a refusé de révéler l’identité, écrit : « Nous vous aimons nous aussi. Votre lettre nous est parvenue en dépit de la censure. Le peuple iranien, contrairement au régime, ne ressent aucune haine contre quiconque, et surtout pas contre les Israéliens. » Sur Facebook, une page intitulée « L’Iran aime Israël » a été créée en réponse à l’initiative de Ronny Edry.

Le message d'amour d'un Iranien au peuple israélien.

Un autre moyen de dire « non » à la guerre est d’en rire… C’est ce qu’ont choisi de faire les producteurs d’une des émissions satiriques les plus regardées en Israël. Dans l’un des épisodes d’Eretz Nehederet (Un pays merveilleux), deux femmes discutent dans un restaurant. « Tu as recommencé à faire du sport ? » demande l’une en mangeant un hamburger bien juteux. « Bien sûr, l’hiver est bientôt fini et je veux perdre du poids avant la saison de la plage », répond son amie. « Quelle plage ? demande l’autre. Ce truc avec l’Iran ça commence cet été… » Se rendant compte de la futilité d’un régime dans de telles circonstances, l’amie se jette alors sur le hamburger de sa copine pour le dévorer.

Sur Facebook, un groupe appelle le Premier ministre israélien à ne pas lancer des attaques contre des sites nucléaires iraniens avant un concert de Madonna prévu en mai, en Israël. Sur YouTube, un clip de musique inspiré du dernier discours « musclé » de Benjamin Netanyahu devant l’American Israel Public Affairs Commitee (Aipac). « Si ça ressemble à un canard et que ça couaque comme un canard, de quoi s’agit-il alors ? C’est cela, c’est un canard, mais ce canard-là est un canard nucléaire », avait dit, début mars, Netanyahu devant le principal lobby pro-Israël aux États-Unis. La vidéo satirique reprend cette expression – qui passe et repasse sans arrêt –, l’entrecoupant de clips de Daffy Duck, le canard des Looney Toons, sur un fond de musique électro-pop. Une vidéo qui a été visionnée près de 143 000 fois en 14 jours…

Quelques semaines plus tôt, une publicité israélienne pour une tablette Samsung Galaxy, mettant en scène une attaque contre une centrale nucléaire en Iran, avait suscité la colère des autorités iraniennes qui ont menacé de boycotter les produits du géant sud-coréen. La version officielle de la publicité israélienne Samsung a été supprimée, mais plusieurs copies continuent de circuler sur YouTube.

De la satire pour cacher la peur? Selon le Haaretz, six Israéliens sur 10 sont opposés à une guerre contre l’Iran. Toujours sur YouTube, une vidéo apocalyptique de cinq minutes montre ce à quoi pourrait ressembler Israël au lendemain d’une attaque des sites iraniens. Intitulé The Last Day (Le dernier jour), le film a été visionné des centaines de milliers de fois. La scène a lieu sur une autoroute non loin de Jérusalem : des bombes de grande puissance s’abattent sur la ville, les sirènes d’alerte hurlent sans répit, il y a des blessés partout, les conducteurs sont pris par un mouvement de panique… Le tout finit sur un éclair insoutenable et un gros champignon atomique qui dévaste tout ce qui se trouve sur son passage…

Le dernier jour, toujours selon la vidéo, est supposé avoir lieu le 23 février 2013… aux alentours de 10h.

 

%d blogueurs aiment cette page :