Tag Archives: salafiste

Le colonel, sa barbe, et l’image de la révolution syrienne

15 Fév

Dans l’histoire ancienne, la barbe était une source de fierté pour les hommes qui la portaient. Elle symbolisait sagesse, maturité et virilité… Si l’on voulait humilier son ennemi, on lui rasait le visage. Dans Historiae Augustae, un recueil de biographie d’empereurs romains écrit à la fin du IVe siècle, on rapporte comment Lucius Verus (qui régna de 161 à 169) s’était attiré les sarcasmes de la population pour s’être fait couper la barbe pour complaire… à une courtisane syrienne.

De nos jours, la barbe, perçue comme un signe d’appartenance identitaire et religieuse, est de loin moins appréciée. Souvent interdite au bureau et dans les fonctions publiques, la barbe – un peu comme le voile d’ailleurs – suscite la polémique.
C’est le cas du nouveau « look » capillaire du colonel Riad el-Assaad, chef de l’Armée syrienne libre (ASL). Arborant d’habitude une moustache, le colonel est récemment apparu dans une vidéo le visage couvert d’une courte barbe poivre et sel. Se disant « choqué » par cette image, un internaute syrien publie un billet sur le site d’opposition « al-Moundassa », réprimandant le colonel Assaad et l’accusant d’offrir une occasion de plus aux pro-Bachar el-Assad de traiter les opposants de « salafistes fondamentaux et radicaux ».

« Mon colonel, vous êtes devenu un symbole national, vous représentez l’image de la révolution syrienne maintenant, écrit “Firas Free”. Ne savez-vous pas ce que les gens pensent lorsqu’ils voient un homme porter la barbe ? (…) Mon colonel, (votre look) cause du tort à la révolution. À mon avis, vous ne l’avez pas fait exprès, vous n’avez tout simplement pas réfléchi aux intérêts de la révolution. (…) Et, de mon côté, je ne sais plus quoi penser… »
« C’est pathétique ! réagit un internaute sous le billet de Firas. (Le colonel Assaad) est libre de son corps, l’important est qu’il fasse de son mieux pour protéger le peuple (syrien). » « L’auteur de cet article est très naïf, il faut regarder au-delà des apparences (…), écrit un autre. La barbe n’est pas réservée aux islamistes. D’ailleurs, les hommes de Bachar sont les plus barbus de tous ! » « Le colonel Assaad est un combattant, tu crois qu’il a le temps de se raser tous les jours ? demande un troisième. Et puis où est le problème s’il est croyant ? Jusqu’à quand continuera-t-on de vivre dans la mentalité sectaire du régime ? »

Dans la vidéo en question, diffusée le 2 septembre 2011 sur YouTube par « Les Syro-Américains pour la démocratie », le colonel rebelle adresse un message aux Syriens de l’étranger souhaitant rentrer dans leur pays pour combattre auprès de l’ASL. « Vous êtes les vrais ambassadeurs de la Syrie à travers le monde et le peuple a besoin de votre soutien politique, moral et financier, affirme le colonel Assaad dans la vidéo. Il y a déjà beaucoup de gens à l’intérieur du pays qui sont prêts à se battre contre le régime, mais il faut dire que nous serons incapables de protéger la vie de ceux qui décident de venir de l’étranger. Si un mal leur arrive, nous serons tous perdants… »

Le colonel Riad el-Assaad est-il donc un islamiste radical ? Ce n’est pas, en tout cas, ce qu’on peut déduire de son message au ton modéré…
Pour en savoir plus, consultons Google (en arabe) :
« Votre recherche – colonel Riad el-Assaad salafiste – n’a donné aucun résultat.
Assurez-vous que tous les mots sont épelés correctement.
Essayez des mots-clés différents.
Essayez des mots-clés plus généraux.
Essayez de supprimer certains mots… »

Publicités

L’Egypte rêvée des salafistes

25 Jan

Capture d’écran du clip promotionnel du parti al-Nour.

À tous ceux qui se demandent à quoi pourrait bien ressembler l’Égypte sous la direction des salafistes, le parti al-Nour s’adresse à vous. Dans une série de vidéos diffusée sur YouTube, le parti salafiste d’Égypte tente de rassurer les sceptiques en présentant leur vision de la nouvelle Égypte post-Moubarak. Dans l’un de ces clips (voir ci-dessous), on voit des fillettes en robes blanches, les cheveux découverts, faire la ronde et jouer au ballon, tout en chantonnant un air joyeux dans un jardin public. À peine quelques secondes passées, apparaît un homme à la longue barbe fournie, assis sur un banc, en train de lire un journal. Soudain, l’une des fillettes en blanc interrompt son jeu et s’approche de lui pour parler… politique.

« Dis tonton, est-ce que c’est vrai ce que l’on dit, que le parti al-Nour va forcer les femmes à porter le niqab ? » lui demande-t-elle. « Non, bien sûr, ce n’est pas vrai, répond l’homme. Parce que notre religion est une religion de miséricorde. Celle qui veut porter le niqab, qu’elle le porte, et celle qui ne souhaite pas le porter, c’est son choix. Beaucoup d’ulémas lui donnent raison. »

« Est-ce que, comme dit maman, le parti al-Nour va les empêcher de travailler et les obliger à rester à la maison? » demande encore la fillette. « Non, ça ne va pas arriver, répond le salafiste d’un ton rassurant. Parce que les femmes constituent la moitié de la société. Mais on veut préserver leur dignité et leur offrir une atmosphère de travail convenable. Je veux que ta maman soit rassurée, parce que nous allons construire une nouvelle Égypte. »

La vidéo montre ensuite l’homme prendre la jeune fille par la main et l’emmener faire un tour de l’Égypte rêvée des salafistes : des écoles spacieuses et modernes, des hôpitaux équipés et une couverture médicale pour tous, un système de transport public confortable et propre… « On va créer des emplois pour nos jeunes et profiter des ressources de notre pays », promet le barbu. « Tonton, le parti d’al-Nour est le meilleur parti. Je dirai à maman de choisir al-Nour à partir de maintenant », conclut la fillette, l’air convaincue.

Connu pour son rigorisme social, son interprétation stricte et littérale de la tradition islamique, et l’exclusion éventuelle de toute autre approche idéologique et religieuse, le parti d’al-Nour a remporté 24 % des sièges au Parlement, élu pour rédiger la nouvelle Constitution égyptienne. La percée inattendue des salafistes lors des élections législatives égyptiennes alimente les craintes de voir le pays le plus peuplé du monde arabe devenir une théocratie fondamentaliste similaire à l’Iran ou à l’Arabie saoudite.
Des craintes que le parti islamiste ne parvient toujours pas à dissiper… Dans son clip promotionnel, destiné à redorer son image auprès de la gent féminine, le parti salafiste semble avoir raté son objectif : aucune femme n’apparaît dans la vidéo.

Sur Internet, la promo a été la cible des critiques des jeunes libéraux. « Ils prétendent respecter les droits de la femme alors qu’ils l’ignorent complètement dans cette vidéo », réagit Mona Hamzi sur Twitter. « Je fais quoi de mon diplôme de médecine moi ? » demande de son côté Asma Salam. « Ça veut dire quoi une atmosphère de travail convenable ? Il ne pouvait pas être un peu plus clair ? » lance Moez Gamal.
D’autres, plus satiriques, ont diffusé une parodie de la vidéo salafiste reprise par le site Mashallah News. « Le monsieur barbu devient un pédophile qui se fait passer pour le Père Noël, et ses sourires mielleux à la fillette prennent un tout autre sens », remarque le site.

« C’est bien joli de rire des salafistes, réagit sur sa page Facebook le commentateur radio Ahmad el-Esseily. Mais, à vrai dire, ce genre de blagues ne mène à rien. Au contraire, elles ne font que compliquer la situation (en Égypte). »
Un avis que partagent beaucoup d’internautes : « Les uns veulent que ma mère enlève son hijab, les autres veulent lui faire porter le niqab… N’y a-t-il pas un parti qui voudrait bien laisser ma mère tranquille ? » écrit de son côté Elham Mabrouk qui se présente comme un « simple citoyen égyptien qui n’aime pas les salafistes mais qui croit en Dieu ».

%d blogueurs aiment cette page :