Tag Archives: islamophobie

Quand Marine Le Pen s’invite aux élections du Québec

15 Mar

1908237_10153907411830716_1027764714_n

Alors que le Québec, en pleine tourmente autour de la « charte de la laïcité », se prépare à la tenue des élections provinciales, un candidat du parti souverainiste a suscité un tollé il y a deux jours après la découverte d’une photo anti-islam publiée sur sa page Facebook. La photo, qui a fait le tour de la Toile canadienne, représente une femme à moitié nue faisant le doigt d’honneur avec la mention « F**k Islam ». Face à la vague de protestation, Jean Carrière, du Parti québécois, s’est d’abord défendu de tout sentiment islamophobe, affirmant que sa page a été piratée. Sous la pression, il finit par en rajouter une couche en affirmant avoir publié la photo « il y a longtemps », expliquant avoir agi de la sorte en signe de soutien au mouvement féministe… Le candidat péquiste d’origine rwandaise aurait également ouvertement exprimé son soutien au parti français d’extrême droite, le Front national. « Vive Marine Le Pen », aurait-il écrit le 4 janvier 2014 dans un commentaire accompagné de la photo de la leader politique française (le texte et l’image ont été supprimés depuis).

Vendredi, Jean Carrière cède à la pression et annonce le retrait de sa candidature. Sur sa page Facebook, il profite de cette annonce pour s’emporter contre les médias : « Je vous annonce que je ne suis plus le candidat du Parti québécois (…). Je remercie également l’excellent travail des médias qui s’attaquent aux jeunes qui désirent servir sa nation. Quelle est la pertinence de tout ceci ? Se dire qu’on a réussi une bonne journée de travail, se dire que la vérité est sortie ? écrit-il. On m’a traité de xénophobe, de nègre de service, de raciste. Et pourtant je ne suis rien de tel, on a beau dire toute sorte de chose à mon sujet, mais moi je sais qui je suis », poursuit-il, expliquant avoir publié la photo controversée « par dégoût de certaines pratiques religieuses qui oppriment les femmes et les hommes ».

« Désolant », « inacceptable », « écœurant »… les réactions dénonçant les commentaires « racistes » de Jean Carrière se sont multipliées sur les réseaux sociaux. Sa page Facebook a été inondée de messages critiques de la part de Canadiens de toutes les origines. « Faut-il rappeler que même l’Église est contre les droits de la femme ? Le PQ est hypocrite, il est contre la religion des autres », affirme Jason Tremblay, accompagnant son message d’une photo coiffée de la mention « F**k Catholics ». « Avez-vous été éduqué ? Le respect et la tolérance ne vous ont pas été apprises ? Accepteriez-vous que je dise f**k les Noirs ? Au Québec, nous n’acceptons ni le racisme ni la discrimination envers les religions monsieur. Le peuple québécois exige des excuses sincères ! », lance pour sa part Mohammad Atmane. « C’est quoi ton problème « photo de féministe », je suis féministe et suis insultée par ton excuse. C’est une photo raciste! Assume-toi donc comme tu es ! » s’insurge enfin Mélanie RG.

Publicités

Mon prophète Mohammad

19 Sep

« USA, nous sommes désolés, nous sommes tristes ». Une photo publiée sur la page Facebook « The Sorry Project », lancée par des Libyens en réaction à la mort de l’ambassadeur américain à Benghazi, Christopher Stevens.

L’islam n’est pas synonyme de terrorisme. Le prophète Mohammad préconisait la paix et la tolérance. Et les hommes furieux qui manifestent avec une violence exceptionnellement meurtrière contre le film islamophobe L’innocence des musulmans ne sont certainement pas représentatifs de toute la nation islamique.

Autant de messages que de jeunes cybermusulmans veulent faire passer au reste du monde à travers une série d’initiatives lancées récemment sur les réseaux sociaux.

C’est dans cet esprit qu’est né le « hashtag » #MyProphetMohammad (Mon prophète Mohammad) sur Twitter. Une campagne aussi bien dirigée contre les auteurs et réalisateurs du film dénigrant le prophète que contre les manifestants qui, selon plusieurs internautes, contribuent à la « dégradation » de l’image de l’islam.
Lancé jeudi dernier par Sohaib al-Zouriq (@MrSohaibE), un jeune internaute saoudien, le « hashtag » a ensuite été repris par plusieurs centaines de personnes. « Mon prophète Mohammad a été battu, ridiculisé et forcé de quitté sa ville natale ! Et lorsqu’il y est revenu victorieux, il leur a tous pardonné », écrit le blogueur koweïtien Khaled Abdulghafour (@3kta3) dans un tweet qui a été partagé près de 2 200 fois. « Mon prophète Mohammad ne nous aurait jamais demandé de le défendre par la violence », affirme de son côté la Saoudienne Sarraa’ (@SarraaNotSara). « Mon prophète Mohammad a dit : “Tous les hommes sont égaux, peu importe leur origine, race ou nationalité” », twitte pour sa part le Koweïtien Abdallah Mutairi (@Eng_A_ALMutairi).

 

En Libye, une initiative similaire, mais d’un autre genre, a été lancée sur Facebook. Il s’agit du « Sorry Project », une page dédiée à l’ambassadeur américain Christopher Stevens, tué par des manifestants en colère qui ont incendié le consulat US à Benghazi le 11 septembre. Sur cette page, qui a attiré plus de 4 000 personnes en moins d’une semaine, des Libyens diffusent des messages d’excuses et d’amour au diplomate assassiné ainsi qu’aux « braves Libyens qui ont été tués en défendant le consulat américain ». « Nous voulons montrer que la majorité du peuple libyen s’oppose aux actes criminels et violents », lit-on dans l’introduction de « The Sorry Project ». « Nous nous excusons un millier de fois aux Américains, poursuit le texte. Ces excuses ne suffiront pas, mais sachez que le peuple libyen vous sera à jamais reconnaissant parce que vous avez été les premiers à le soutenir dans sa lutte pour la liberté. Nous espérons que vous continuerez à nous soutenir. »

Des Libyens rendant hommage à l’ambassadeur tué. (via The Sorry Project)

En Syrie, le ton est plutôt à la critique, plusieurs internautes n’hésitant pas à réprimander les manifestants antiaméricains pour ne pas s’être indignés avec autant de ferveur face aux massacres perpétrés par le régime de Bachar el-Assad depuis plus de 18 mois.
« Le but du film anti-islam est de nuire à l’image des musulmans et de détourner l’attention de la Syrie », twitte Abu Mohammad (@lisanmubin), un activiste syrien. « Les arabes et les musulmans doivent comprendre qu’ils nuisent à la révolution syrienne en poursuivant leurs manifestations contre le film islamophobe », ajoute-t-il.
« Les Syriens appellent à la production d’un film islamophobe en Syrie pour que les peuples du monde entier prêtent attention à leur crise », ironise de son côté @JadBantha. Un compte parodiant le président Assad va dans le même sens : « Wow ! Heureusement que j’ai uniquement bombardé des mosquées et tué des femmes et des enfants et pas fait un film islamophobe. Les gens m’auraient poursuivi ! » Son tweet a été partagé 769 fois…

Une image de manifestants à Kfarnabel, en Syrie, largement partagée sur Twitter. (via @ZainSyr)

 

%d blogueurs aiment cette page :