Tag Archives: Iran

Iran : une héroïne de BD pour succéder à Ahmadinejad ?

22 Mai
Zahra, candidate virtuelle à la présidentielle iranienne.

Zahra, candidate virtuelle à la présidentielle iranienne.

Le 14 juin prochain, 55 millions d’Iraniens seront invités à élire leur nouveau président. En lice pour le scrutin : 686 candidats, dont 30 femmes et… une héroïne de BD.
Zahra, 52 ans, est la première candidate virtuelle à se présenter à la présidentielle, lourde d’enjeux en Iran.
Dans sa déclaration de candidature, disponible sur le site de sa campagne vote4zahra.org, Zahra promet de défier le régime des mollahs et de travailler en vue d’un changement démocratique en Iran. « Aujourd’hui, nous sommes gouvernés par des clowns qui ont planté leur chapiteau sur la carcasse de notre pays, déclare Zahra dans son manifeste. Un vote pour Zahra est un vote pour un Iran qui refuse les exécutions, la peur et les mensonges. Un Iran où l’on vote pour la vie, l’amour et le rire. Plus que votre voix, je vous demande de m’accordez vos espoirs. »

C’est en 2009, à la suite des vagues de manifestations contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad, que Zahra s’est fait connaître du public grâce au feuilleton graphique Zahra’s Paradise (Le Paradis de Zahra, en français), créé par Amir Soltani, un écrivain iranien exilé aux États-Unis. L’auteur y relate l’histoire d’une mère de famille, Zahra, qui recherche désespérément son fils, Mehdi, disparu lors des manifestations de 2009. Son histoire, bien que fictive, est inspirée de faits réels, assure l’auteur. Depuis sa parution en ligne, Zahra’s Paradise a été traduit dans une quinzaine de langues, dont l’arabe, le français et l’anglais.

"La cyberpolice a harcelé, torturé et assassiné des blogueurs, des journalistes et leurs familles. Et vous appelez cela des élections libres et justes?"

« La cyberpolice a harcelé, torturé et assassiné des blogueurs, des journalistes et leurs familles. Et vous appelez cela des élections libres et justes? »

« Zahra représente toutes les familles endeuillées en Iran, affirme Amir Soltani dans un communiqué annonçant la candidature de son héroïne. Elle s’est présentée sur la base des droits de l’homme. Elle s’est présentée au nom de son fils, Mehdi, afin que les futures générations puissent bénéficier des droits dont il a été privé. »

Selon l’auteur, le but de la campagne virtuelle de Zahra est de « créer un espace libre pour tous les Iraniens qui veulent combattre le régime islamique corrompu et criminel qui est basé sur le mensonge, la peur et la force ».

 "Les femmes ne peuvent pas se présenter à la présidentielle, alors qu'elles représentent la moitié de la population. Et vous appelez cela des élections libres et justes?"

« Les femmes ne peuvent pas se présenter à la présidentielle, alors qu’elles représentent la moitié de la population. Et vous appelez cela des élections libres et justes? »

« La candidature de Zahra est un défi symbolique contre la politique de notre gouvernement qui interdit aux femmes de se présenter à la présidentielle », affirme de son côté Firuzeh Mahmoudi, directrice du site d’opposition United for Iran, qui dirige la campagne de l’héroïne. « Zahra représente un Iran où les droits de l’homme et la démocratie sont respectés, où toutes les voix comptent, où tous les candidats qualifiés peuvent se présenter aux élections et où l’opposition n’est pas opprimée dans la violence », écrit-elle sur son site.
Zahra, tout comme le reste des Iraniens, attend toujours la décision du Conseil des gardiens de la Constitution, qui a déjà invalidé la majorité des candidatures enregistrées pour le scrutin. La liste finale est attendue jeudi.

Retenue ou pas, la candidature de Zahra a déjà attiré des milliers de supporters à travers le monde. Sur la page Facebook de l’héroïne, plusieurs personnes ont posté leur photo accompagnée du slogan : « J’ai le droit à des élections libres et justes, votez pour Zahra ! »

Une partisane de Zahra à Téhéran...

Une partisane de Zahra à Téhéran…

...un autre à Stockholm...

…un autre à Stockholm…

...et une dizaine à Paris.

…et une dizaine à Paris.

Iran : non à Google, oui aux sites de rencontres ?

27 Sep

Alors que l’Iran vient de bloquer les services de Google (moteur de recherche et e-mail) dans tout le pays, les autorités viennent d’annoncer la prochaine mise en ligne du premier site de rencontres « national ». Un site web « sérieux » – géré par le gouvernement, bien sûr – où jeunes célibataires iraniens (hommes et femmes) peuvent communiquer uniquement à des fins de mariage.

« Les jeunes se marient et divorcent plus rapidement de nos jours, a récemment dit le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Abbasi, cité par le site conservateur khabaronline.ir. Pour faire face à ce problème, nous devons trouver de nouvelles idées et utiliser tous les moyens pour encourager les mariages à long terme. »

Selon les chiffres officiels, l’âge moyen des jeunes qui se marient a augmenté de cinq à huit ans depuis la révolution islamique de 1979. Il est passé de 25 à 35 ans pour les hommes et de 24 à 30 ans pour les femmes, selon le site d’information iranien IINS, qui précise que le taux de divorce a grimpé de 9 % au cours des dernières années. La capitale iranienne serait la plus touchée par ce « fléau », poursuit le site : « Un mariage sur trois ont été annulés à Téhéran en 2011. » « C’est un développement alarmant », a réagi Shahla Kazemipour, responsable du Centre pour les études démographiques iranien, cité par l’IINS.

De manière générale, l’idée de lancer un site de rencontres pour jeunes célibataires ne devrait choquer personne. Mais dans un pays comme l’Iran, où plus de 5 millions de sites sont surveillés par le gouvernement, une telle annonce ne peut passer inaperçue. D’autant plus qu’elle tombe au moment où les autorités s’apprêtent à mettre en place un Intranet national distinct de l’Internet mondial.

Le régime iranien accuse les Occidentaux d’utiliser la Toile pour mener une « guerre non déclarée » visant à le déstabiliser, et les autorités comptent sur l’« Internet iranien » – officiellement plus rapide et plus sûr – afin de se substituer aux serveurs et moteurs de recherche étrangers.

Par ailleurs, l’annonce du lancement du nouveau site de rencontres pour jeunes iraniens intervient à un moment où l’Iran est accusé de limiter le rôle des femmes dans la société. Samedi dernier, l’organisation internationale pour la défense des droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW), a accusé Téhéran d’imposer de nouvelles restrictions aux étudiantes iraniennes, rendant désormais difficile pour elles l’obtention de certains diplômes. Citant un rapport diffusé en août par l’agence Mehr, l’ONG indique que dans plusieurs universités les femmes n’ont plus le droit d’assister à 77 cours, notamment en informatique, génie chimique, administration des affaires et sciences.

De telles restrictions sont vues par certains, en Iran comme à l’étranger, comme une tentative de réduire le nombre de celles qui souhaitent accéder à un enseignement supérieur et de renforcer ainsi la domination patriarcale. Actuellement, environ 60 % des étudiants sont des femmes, rappelle l’Agence France Presse.

Dans une entrevue accordée à la chaîne britannique BBC, la militante iranienne des droits de l’homme Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix 2003, a jugé que cette mesure vise à « empêcher les femmes de jouer un rôle actif dans la société afin de limiter leur occupation au foyer »…

%d blogueurs aiment cette page :