Archive | Twitter RSS feed for this section

Et si le haschisch était légalisé au Liban ?

12 Avr

leb-flag-hasch

Maintenant que le Parlement libanais a rouvert ses portes après une très longue absence, de nouvelles lois sont adoptées à la pelle. Après le vote sur la loi (incomplète) protégeant la femme contre la violence domestique, la loi sur la libéralisation des loyers et celle visant à cadrer les agents de la Défense civile, la légalisation du cannabis serait-elle à l’ordre du jour de la prochaine séance parlementaire ? C’est du moins ce que proposent – non pas sans humour – plusieurs internautes libanais qui affirment qu’une telle démarche réglerait tous les problèmes chroniques du pays.

Durant la guerre civile libanaise, cette culture ancestrale, développée sous l’Empire ottoman, s’était transformée en une industrie générant des centaines de millions de dollars. Mais, depuis les années 90, l’armée éradique tous les ans les milliers d’hectares de cannabis cultivés illégalement, notamment dans la région de la Békaa, dans l’est du pays.

Sur Twitter, des internautes s’amusent à imaginer un Liban où la culture du haschisch local, réputé pour sa qualité, est non seulement tolérée, mais subventionnée par l’État… Publiés sous le mot-clic (hashtag) #إذا_شرّعوا_الحشيش (#SiLeCannabisÉtaitLégalisé, en français), voici un florilège des tweets les plus « tripants » :
#SiLeCannabisEtaitLégalisé….

… Baalbeck deviendrait la capitale du Liban (@tamima91)

… Le Liban règlerait sa dette en moins d’un an et il n’y aurait plus de manifestations (@morc21)

… Rifaat Eid et Khaled el-Daher deviendrait les meilleurs amis au monde et le Liban redeviendra la « Suisse du Moyen-Orient » (@mayssa_elbaf et ici)

mayssa

… L’industrie pharmaceutique sera frappée de plein fouet, tout le monde est sous calmant (@Allouchi984)

… Tous les jeunes Libanais trouveraient un emploi et personne ne voudrait plus émigrer (@nadasbeiti)

… Le matin, j’écouterai les chansons de Bob Marley plutôt que celles de Fayrouz (@celeron_r)

… Le Liban offrirait un généreux don financier à Riyad pour soutenir le rial saoudien (@AJibai)

… Les Libanais vont enfin s’aimer les uns les autres et vivre en paix, loin des manifestations, des tensions et des insultes (@inaswik)

… Nous renoncerions à l’exploitation pétrolière. Pourquoi chercher l’or noir si nous avons l’or vert ? (@rashazeinnbn)

À méditer…

Dans la vie d’une féministe musulmane

16 Jan

p011-2_198042_large

L’islam et le féminisme sont-ils compatibles ? Peut-on concilier hijab et liberté d’expression ? Le féminisme est-il une importation occidentale contraire aux « valeurs » orientales? C’est sous le mot-dièse #LifeOfAMuslimFeminist (La vie d’une féministe musulmane, en français), que des centaines d’internautes musulmanes des quatre coins du monde se sont unies pour exprimer leurs idées et idéologies. Lancé vendredi dernier par une jeune étudiante en économie à l’Université de Manchester, #LifeOfAMuslimFeminist est passé d’un simple tweet à un vrai défouloir en ligne, en l’espace de quelques minutes.

Dans son tweet, Nour al-Aïn Chahed (@YxxngHippie) déplore la situation des musulmanes qui, selon elle, sont prises entre le marteau des féministes occidentales et l’enclume des islamistes : « Les féministes blanches veulent vous arracher le voile et vous « libérer » et les islamistes vous disent que vous n’avez pas besoin du féminisme », écrit la jeune Britannique. « On nous dit que le féminisme est propre aux « femmes occidentales » rebelles qui veulent remplacer mari et enfants par une carrière professionnelle », poursuit-elle dans un autre tweet. « L’islam respecte les droits des femmes, mais je ne peux pas ignorer le niveau de sexisme présent dans ma culture qui préfère l’homme à la femme », ajoute-t-elle enfin.

Retwittés plusieurs dizaines de fois, ses messages provoquent un flux de commentaires de la part d’internautes se présentant comme musulmanes et féministes à la fois. Un véritable plongon dans la vie (et la tête) de ces féministes d’un nouveau genre :

 

« Nous sommes traitées comme des citoyennes de seconde zone par les hommes musulmans, alors que l’islam élève le statut des femmes. »

« La vie d’une féministe musulmane c’est passer son temps à expliquer qu’être musulmane et féministe à la fois n’est pas un oxymoron. »

« Accepter l’idée, qu’une fois voilée, tous les péchés que tu commettras seront AMPLIFIÉS. »

« Ils me disent toujours que je ne me marierai jamais si je reste aussi franche, comme si le mariage était ma seule ambition. »

« Les féministes occidentales pensent que je ne suis pas une vraie musulmane parce que je ne porte pas le voile. Ils sont pratiquement en train d’effacer mon identité. »

Cette campagne coïncide avec la publication d’une étude menée dans sept pays arabes ou musulmans (Tunisie, Égypte, Irak, Liban, Arabie saoudite, Turquie et Pakistan) démontrant qu’une majorité de l’opinion publique considère le port du voile comme la tenue la plus appropriée pour les femmes. Seul le Liban fait exception avec près de la moitié des sondés qui affirment qu’il est approprié pour une femme de sortir en public la tête entièrement nue. En Arabie saoudite, 74 % des personnes interrogées se sont prononcées en faveur d’une tenue couvrant la femme de la tête aux pieds.
Dans la même étude, réalisée par l’Institut pour les recherches sociales de l’Université du Michigan, il apparaît que 50 % des Libanais, Turcs et Tunisiens pensent que les femmes sont libres de choisir leur tenue, alors qu’ils ne sont que 14 % à penser la même chose en Égypte.
Enfin, 69 % des personnes interrogées se sont prononcées contre la polygamie, mais 80 % se disent pour l’obéissance totale de la femme à son mari.

Le chemin, semble-t-il, est encore long pour les femmes de la région…

Guide pratique : comment se faire passer pour un Libanais ?

8 Jan
Photo Reuters

Photo Reuters

Une fois de plus, la hantise des attentats et des explosions ambulants refait surface au Liban. Après l’assassinat de l’ancien ministre Mohammad Chatah en plein centre de Beyrouth et la série d’attaques contre la banlieue sud, les Libanais redoutent désormais le pire. Résultat : ils se terrent chez eux, vivant au rythme de rumeurs – et de prédictions – dignes d’un film d’horreur, d’épouvante, à frissons ou thriller…

Vient ensuite le communiqué de l’ambassade des États-Unis qui ne fait qu’attiser les peurs. Sur son compte Twitter, l’ambassade appelle les ressortissants américains à éviter de se rendre au Liban et exhorte ceux qui s’y trouvent déjà à la vigilance.

Certes, ce n’est pas la première fois que l’ambassade américaine – entre autres – diffuse ce genre d’avertissements, mais à la différence des messages précédents, celui-là comporte un élément en plus : les ressortissants américains sont invités à éviter les hôtels, les supermarchés et les centres commerciaux… « de style occidental ». Que veut-on dire par là ? Existe-t-il un centre commercial plus « occidental » que d’autres ? Le concept du centre commercial n’est-il pas un concept « occidental » en soi ?

Visiblement inspiré par le choix des mots de l’ambassade US, le blogueur Karl Sharro, connu pour ses écrits sarcastiques et pleins d’humour, décide de lancer sur Twitter un guide à l’intention des Américains. S’adressant à l’ambassade, le blogueur écrit dans un tweet : « Vous devriez publier un guide pour aider les citoyens américains à mieux s’intégrer au Liban. Je vais vous aider. »

Utilisant le mot dièse (ou hashtag) #USActLebanese (Américains se faisant passer pour des Libanais), il en profite aussi pour faire d’une pierre deux coups et critiquer la société libanaise.
« N’allez nulle part à pied, même si c’est à 100 mètres. Utilisez toujours votre voiture et le service des voituriers », twitte le blogueur.

« Dites que vous habitez à Beyrouth, alors que vous habitez à des kilomètres de la capitale. Même l’ambassade américaine le fait. »

« Brûlez un drapeau américain en public de manière régulière et gardez-en un à portée de main en tout temps. »

Le guide, qu’il veut participatif, devient très vite viral, attirant plusieurs dizaines d’internautes :

« Ne parlez jamais l’arabe, même si vous connaissez la langue. Mélangez votre anglais avec quelques mots de français », propose pour sa part @rtoufic. « Ne quittez jamais la maison sans un gros cigare dans la bouche, même si vous ne fumez pas », poursuit-il.

« Faites en sorte de circuler en sens interdit et hurler sur la personne en face qui conduit dans la bonne direction », conseille de son côté @FunkyOzzi.

 

« Plaignez-vous de la situation du pays en ligne et ne faites surtout rien pour changer quoi que ce soit », lance pour sa part @FirasHaidar.

Typiquement libanais tout ça…

Le tour du monde en 2013 selon Twitter

18 Déc

P010-4_464460_large

De l’élection du nouveau pape au panda roux de Washington, quels sont les sujets qui ont fait le plus le buzz sur Twitter cette année ? Le réseau social vient de publier sa propre rétrospective, en voici des extraits :

Le 16 janvier, un hélicoptère s’écrase dans le centre de Londres après avoir heurté une grue. Les premières images de l’accident sont apparues sur Twitter via des témoins sur place. « Je viens de passer par Vauxhall et j’ai vu beaucoup de fumée. J’avais vu un hélicoptère voler à basse altitude et j’avais trouvé ça étrange », twitte Belinda Moore.

Le 21 janvier, le président américain Barack Obama prête serment devant des centaines de milliers de personnes réunies dans le parc National Mall, à Washington. Politiciens, célébrités, journalistes et invités twittent en direct la cérémonie officielle et le discours d’investiture du président, avec un accès aux coulisses.

Le 24 février, une autre cérémonie aux États-Unis faisait parler d’elle sur Twitter : la 85e édition des Oscars du cinéma, qui a eu lieu au Dolby Theatre de Los Angeles. Cette année, les vedettes avaient la permission de se prendre en photo dans les coulisses, lors de l’événement, et de les publier sur les réseaux sociaux en direct. Ben Affleck, Samuel L. Jackson, Michelle Obama, Oprah Winfrey, Channing Tatum et Rihanna, entre autres, en ont bien profité.

Le 13 mars, le monde entier attendait la fumée blanche s’échapper de la cheminée de la chapelle Sixtine, annonçant l’élection du nouveau pape qui succédera à Benoît XVI après sa démission historique le 28 février. Le conclave a élu l’Argentin Jorge Mario Bergoglio, 76 ans, qui ne faisait pas partie des favoris. Il prendra le nom de « François ». Le compte @pontifex du pape François en latin enregistre un succès inattendu depuis son élection, avec 101 000 « followers ».

Le 8 avril, la twittosphère a fait ses adieux à Margaret Thatcher, l’ancienne Première ministre de Grande-Bretagne, décédée d’une attaque à l’âge de 87 ans. À l’annonce de la nouvelle, le nom de Lady Thatcher a été mentionné plus d’un million de fois sur Twitter en l’espace de quelques heures.

Le 15 avril, plus de 27 millions de tweets ont été partagés sur les attentats qui ont endeuillé le marathon de Boston. Quelques minutes après l’explosion des deux bombes, des témoins ont publié photos et témoignages sur Twitter. George Scoville venait de terminer le marathon lorsqu’il a entendu l’explosion. Il a saisi en photo la foule prise de panique : « Beaucoup de gens pleurent. Que s’est-il passé ? Je n’arrive pas à savoir d’ici. »

Le 23 mai, la médecine est à l’honneur sur Twitter. Une équipe de chirurgiens américains a raconté, photos et vidéos à l’appui, le déroulé de l’opération d’un patient atteint de la maladie de Parkinson. Une façon, selon eux, de célébrer leur 500e opération. Chaque étape de l’intervention a été photographiée via Instagram ou filmée grâce à l’application Vine, qui permet de tourner six secondes d’images. Le tout a été partagé sur le compte Twitter @UCLAHealth.

Le 24 juin, le zoo de Washington lance un avis de recherche sur Twitter, annonçant la fuite de Rusty, un panda roux mâle de presque un an. Ashley Foughty, une habitante de la région, répond : « Un panda roux retrouvé dans notre quartier ! Venez le secourir s’il vous plaît ! » Rusty a été retrouvé, a indiqué le zoo, sans plus de précisions, sur son compte @NationalZoo. « Merci à tous ceux qui nous ont aidés à le chercher et à le trouver », ajoute le zoo.

Le 2 juillet, Matignon innove dans la communication politique en publiant le premier tweet de convocation d’un ministre de l’histoire de la France. Le Premier ministre français a convoqué la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Delphine Batho, via Twitter, suite à des critiques qu’elle a formulées autour du budget 2014. Quelques heures plus tard, le président François Hollande annonçait que la ministre a été démise de ses fonctions.

Le 28 août, les twittos ont rendu hommage à Martin Luther King, à l’occasion du 50e anniversaire de son discours désormais célèbre, et dont on a retenu le fameux « I have a dream ».

N’arrivant pas à joindre par téléphone l’association lauréate du prix Nobel de la paix 2013, le comité a tenté sa chance sur les réseaux sociaux et a publié un message sur Twitter le 11 octobre. Le tweet interpelle l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) et lui demande de contacter « @Nobelprize_org qui essaie de joindre (ses) bureaux ».

En novembre, les yeux des twittos étaient braqués sur les Philippines, frappées par un supertyphon d’une puissance dévastatrice. Sous le mot-clé #YolandaPH, les Philippins ont communiqué les besoins et les nouvelles des amis et proches, ainsi que les photos et les liens des premières vidéos. Dans le reste du monde, les internautes appelaient à faire des dons pour aider les sinistrés et les survivants.

Le 5 décembre, Twitter est inondé de messages rendant hommage à l’icône de la lutte antiapartheid Nelson Mandela. Photos, chansons, citations… Plus d’un million de tweets avec le mot-clé #RIPNelsonMandela ont été envoyés.

« Quelqu’un devrait dire aux Saoudiens… »

15 Nov

841764_86179961824

Ils ont quitté l’un des pays les plus pauvres au monde, l’Éthiopie, pour travailler dans l’un des royaumes les plus riches de la planète, l’Arabie. Immigrés clandestins ou légaux, ils ont quitté leur famille dans l’espoir d’une vie pas nécessairement meilleure, mais du moins plus rentable. Cependant, depuis le début du mois, ces travailleurs sont sous la loupe de la police saoudienne qui mène une vaste campagne de répression contre ceux n’ayant pas régularisé leur situation dans le pays.
Une campagne qui, samedi dernier, a dégénéré en troubles dans le quartier défavorisé de Manfouha, dans le sud de Riyad, et au cours desquels trois Éthiopiens ont été tués et 68 personnes blessées.

Sur les réseaux sociaux, des photos et des vidéos de la brutalité policière contre les immigrés d’origine africaine se sont propagées comme une traînée de poudre, suscitant une vague d’indignation sur la Toile.

Untitled

Sur Twitter, des internautes éthiopiens ont lancé une campagne pour dénoncer la répression menée par la police saoudienne contre leurs concitoyens. Employant le mot-dièse #SomeoneTellSaudiArabia (Quelqu’un devrait dire aux Saoudiens, en français), des dizaines d’Éthiopiens ont critiqué la brutalité avec laquelle des milliers de personnes ont été arrêtées. Voici quelques-uns de leurs messages :

« Quelqu’un devrait dire aux Saoudiens…

…de cesser d’embarrasser le monde arabe avec la violence inhumaine et immorale qu’ils exercent contre des réfugiés innocents » (@AbdiDis)

…que, selon un verset du Coran, “celui qui tue une âme innocente, c’est comme s’il avait tué toute l’humanité” » (@zelalemkibret)

…que les gens que vous torturez et tuez ont une famille, des proches et des voisins » (@abelpoly)

…que leurs actes contre les immigrés éthiopiens constituent une preuve qu’ils n’ont aucun respect pour l’humanité » (@TameZKafir)

…que les ressources sont limitées, contrairement aux besoins humains. Ne comptez pas sur votre pétrole tout en pensant que la vie humaine ne vaut rien ! » (@kibralem)

…que les personnes que vous faites souffrir sont peut-être pauvres matériellement, mais sachez que vous êtes pauvres spirituellement » (@AbdulrrhmnAli)

…que l’islam nous apprend la tolérance, la gentillesse, la compassion, et non pas la mort et la torture. Cessez de tuer nos frères et sœurs éthiopiens » (@Freehuriya)

…que les Arabes se sont réfugiés en Éthiopie lorsqu’ils étaient persécutés, l’histoire pourrait se répéter, (alors) traitez les êtres humains avec respect » (@HailuTikursew)

 

Ce n’est pas la première fois que les internautes éthiopiens se mobilisent pour dénoncer le mauvais traitement infligé à leurs compatriotes au Moyen-Orient. En mars 2012, l’agression filmée d’une domestique éthiopienne en pleine rue et en plein jour à Beyrouth, avait suscité la colère de nombre des compatriotes de la jeune femme qui ont réagi sur Internet, certains allant même jusqu’à crier vengeance.

Selon l’Organisation internationale du travail, les migrants éthiopiens au Moyen-Orient subissent des violences physiques et mentales, des conditions de travail indignes, des salaires dérisoires et des discriminations…

À vendre : voiture piégée, très bon état…

21 Août

car-gift-wrapped

Au Liban, c’est par vagues successives que les catastrophes arrivent. Après les assassinats politiques et les attentats, les produits avariés et les médicaments périmés, les effondrements d’immeubles, les enlèvements et contre-enlèvements… voici venu le tour des voitures piégées (encore !).
Depuis les attentats qui ont visé la banlieue sud de Beyrouth, les 9 juillet et 15 août, et la découverte dimanche d’une voiture contenant plus de 250 kilos d’explosifs à Naamé, dans le Chouf, la phobie s’est installée chez les Libanais, comme aux temps des « événements ». Et pour alimenter encore plus la hantise générale, des rumeurs évoquant la découverte, ici et là, de véhicules « suspects » se sont propagées à la vitesse de la lumière par la voie des médias et des réseaux sociaux.

Un climat de psychose qui s’est d’ailleurs reflété dans le communiqué des Forces de sécurité intérieure appelant les Libanais à la « vigilance » et les exhortant à composer sans attendre le numéro d’urgence 112 pour notifier les responsables de tout renseignement sécuritaire pertinent ou cas suspect.

Fidèles à leur tradition de tourner en dérision toutes les situations, aussi dramatiques soient-elles, les Libanais ont multiplié ces derniers jours les plaisanteries « piégées », rappelant le proverbe « Mieux vaut en rire qu’en pleurer ». En voici sept des plus sarcastiques, repérées sur Twitter :

 

Une voiture suspecte découverte à Saadiyate. Ah non ! C’est la mienne qui a juste besoin d’un lavage en urgence ! (@ghazayel)

clicGhazayel

 

Repérez une voiture piégée près de chez vous et vous aurez peut-être la chance de gagner un voyage tout inclus aux Maldives. (@MhdDankar)

clicDankar

 

Sur une photo prise dans un lieu non identifié et twittée par @SaraAssaf : « Prière de ne pas faire exploser de voitures près du magasin parce que la moitié de la marchandise a été achetée à crédit. »

voiture-piegee-liban

 

À vendre : voiture piégée, 6 cylindres, toutes options, vitres fumées, très bon état. Pour plus d’infos, contactez les services de renseignements. (@NourOusama)

clicNourOusama

 

Il ne manquait plus que ça au Liban ! Une voiture piégée découverte tous les jours ! Pourtant, il ne suffit que d’un missile pour détruire ce pays tellement il est petit ! Pas besoin de tout cet arsenal les gars ! (@ElissarNd)

clicElissar

 

Offre spéciale : repérez une voiture piégée et gagnez-en deux (@MinJami3o)

clicminjami3o

 

Je cherchais le terme désignant la phobie des voitures piégées, mais je n’en ai pas trouvé. Il faut en inventer un… (@ZakiaDimassi)

clicZakia

%d blogueurs aiment cette page :