Sauvés de la décapitation grâce au Web

15 Août

Des photos non datées de Khaled el-Harbi (à gauche) et Sameh el-Roueily.

Khaled el-Harbi a 18 ans, Sameh el-Roueily en a 19. L’un a grandi à Djeddah, l’autre à Riyad. Les deux Saoudiens ne se connaissent pas et ne se sont probablement jamais croisés et pourtant, la ressemblance de leur parcours est plus que frappante : tous les deux n’étaient que des adolescents lorsqu’ils ont été condamnés à mort par décapitation dans leur pays (Khaled avait 14 ans à l’époque et Sameh 16). Tous les deux sont accusés de meurtre (Khaled a poignardé à mort l’homme qui tentait de l’agresser sexuellement, alors que Sameh a tué à coups de couteau un Yéménite de 25 ans au cours d’une dispute).

En Arabie saoudite, où la charia est appliquée de manière stricte, le viol, le meurtre, l’apostasie, le vol à main armée et le trafic de drogue sont passibles de la peine capitale. Un condamné à mort peut toutefois échapper à l’exécution de sa peine si la famille de la victime renonce à toute poursuite en échange d’une somme d’argent.
Et c’est précisément ce qui s’est produit dans le cas de Khaled et Sameh : pour retrouver leur liberté, chacun des deux jeunes condamnés doit payer près de 30 millions de riyals saoudiens (l’équivalent de 8 millions de dollars américains) à la famille des victimes, avant la fin du mois de ramadan.

« Khaled el-Harbi ne devrait même pas être en prison parce qu’il a tué pour se protéger. Si j’étais à sa place, je l’aurais tué aussi. »

Un délai impossible à tenir sans un miracle… Khaled est orphelin de père, et sa mère, atteinte de diabète, parvient à peine à subvenir aux besoins de ses frères et sœurs. Sameh lui aussi vient d’une famille modeste : son père travaille comme officier de police dans la ville saoudienne de Jouf. Dans un entretien au quotidien local, il affirme avoir vendu toutes ses possessions, dont la maison familiale, pour « sauver la tête » de son fils, mais en vain. La mère de Sameh est quant à elle hospitalisée depuis que son fils a été arrêté, il y a trois ans. Elle souffrirait de dépression aiguë…

Mais comme souvent dans la vie, c’est au moment où on s’y attend le moins que le miracle arrive. Et cette fois-ci, il vient du Web…

Ému par l’histoire de Khaled el-Harbi, un groupe d’internautes décide de lancer une vaste campagne sur les réseaux sociaux pour sauver le jeune homme de la décapitation : des appels sont lancés sur Twitter, des événements de collecte de fonds sont organisés via Facebook, des messages sont envoyés sur WhatsApp, etc.
L’affaire fait très vite le tour de la blogosphère arabe, permettant aux organisateurs de récolter des centaines de donations versées directement dans un compte bancaire au nom de Khaled.

Le nom de Khaled écrit avec des billets d’argent.

« Nous sommes un groupe d’une dizaine de bénévoles, nous ne connaissons pas Khaled, nous ne l’avons jamais rencontré de notre vie », assure à L’Orient-Le Jour Fayhane el-Choueimy, un ingénieur chimiste saoudien reconverti en activiste pour la défense des droits de l’homme. « Nous avons senti le besoin de l’aider parce qu’il est orphelin et n’a personne pour le soutenir, poursuit-il. Il fallait faire quelque chose pour le sauver. »

« Les réseaux sociaux nous ont énormément aidés à répandre la cause de Khaled, explique Fayhane. Les donations n’étaient certes pas énormes, mais beaucoup de gens se sont montrés intéressés. Nous avons reçu des appels de presque tous les pays du Golfe et même des États-Unis et de Grande-Bretagne. »

Les 30 millions de riyals nécessaires pour la survie de Khaled ont finalement été réunis en moins de trois mois de campagne virtuelle. « Il doit sortir dans les deux prochains jours, avant la fête du Fitr », assure Fayhane.

Ayant eu échos du succès de cette initiative, plusieurs proches de condamnés à mort se sont mis à publier des appels à l’aide via la page Facebook consacrée à Khaled el-Harbi.

Mardi dernier, c’était au tour des parents de Sameh el-Roueily de se réjouir. La somme nécessaire pour la libération de leur fils a elle aussi été recueillie grâce aux efforts d’internautes saoudiens (sur Twitter et Facebook).

« La somme de Sameh a été recueillie. Il n’est plus nécessaire de transférer de l’argent sur le compte ».

Selon Amnesty International, le nombre d’exécutions est en hausse en Arabie saoudite. Plus d’un quart des exécutions en 2011 ont concerné des travailleurs migrants qui n’ont aucun recours et ne bénéficient pas d’avocats pour les défendre.

Amnesty International a beaucoup de difficultés à obtenir des informations sur les condamnés à mort et sur le nombre exact d’exécutions, mais selon l’organisation, le nombre d’exécutions en Arabie saoudite aurait triplé en 2011…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :