Les humanoïdes débarquent à Abou Dhabi

26 Oct

 

« Je m’appelle Reem, comment puis-je vous aider ? » C’est par ces mots que la curieuse Reem, du haut de ses 1,70 m, se présente au public. Multilingue, motorisée, capable de travailler huit heures d’affilée (sans salaire ni droits syndicaux), elle représente la candidate idéale dont rêve tout employeur. Mais ce « rêve » n’en est pas vraiment un puisque Reem est déjà sur le marché, et que, dans moins d’un an, toute une armée de Reem débarquera dans les centres commerciaux et musées d’Abou Dhabi pour y servir de guide. C’est, du moins, ce qu’affirment ses créateurs chez PAL Robotics, une entreprise basée à Barcelone, financée par des Émiratis.

Reem, un robot humanoïde « aux allures féminines », est équipé d’un système de navigation, d’un écran tactile (Touch Screen) ainsi que d’une technologie biométrique lui permettant de reconnaître formes et visages. En un rien de temps, cette machine peut fournir à ses utilisateurs une série d’informations utiles comme la température extérieure, la localisation des restaurants les plus proches, les heures d’arrivée et de départ des vols à l’aéroport…

Reem, qui peut aussi transporter des valises et autres objets lourds, « fera également son entrée dans les aéroports, les hôtels et les hôpitaux de l’émirat », promettent ses concepteurs. Selon eux, une commande d’au moins 20 robots a déjà été faite et une usine produisant une douzaine d’humanoïdes par mois sera fonctionnelle d’ici à un an dans la capitale émiratie. Le coût d’un de ces robots est estimé à 270 000 dollars américains.

« Nous avons consacré beaucoup de temps et d’efforts sur le côté esthétique de Reem. Ce n’est donc pas une coïncidence si la machine a des allures féminines et une voix agréable à écouter », écrivent les inventeurs de l’humanoïde sur le blog de Pal Robotics, Lifeintheroboticslab.com.

Reem testée dans un centre commercial, à Abou Dhabi.

Mais Reem ne fait pas que des heureux. Sur Twitter, plusieurs internautes ont exprimé leur frustration de voir de plus en plus de postes occupés par des machines. Certains ont même évoqué la peur d’une « invasion robotique ». « Ça ressemble à un scénario digne de Hollywood. Non seulement ils comptent éradiquer tout contact humain des centres commerciaux, mais ils veulent en plus le faire avec cette chose hideuse ! » écrit l’Australien Charles Jason Kolyvas (@MonsieurMaori), en référence à Reem. « Ces gens s’attendent-ils vraiment à ce qu’on tapote l’écran sur la poitrine de ce machin, pendant qu’il nous regarde droit dans les yeux ? Non, mais vous avez vu son regard? Il n’est pas flippant son regard ? » lâche-t-il encore. « Reem va un jour se réveiller pour gouverner le monde… comme dans les films », prédit de son côté la Koweïtienne @FroyoNation
« La technologie rampante va effacer notre civilisation, ironise pour sa part la Philippine Sheena Ferrer (@Supersh33), mais je me vois bien avec un copain robot, moi ! »

La passion que portent les Émiratis pour les robots n’est toutefois pas chose nouvelle. L’Université des Émirats arabes unis offre, depuis 2001, une spécialisation permettant à ses étudiants d’« expérimenter » des humanoïdes interactifs.

En 2009, le dirigeant des émirats, cheikh Mohammad ben Rached al-Maktoum, avait lui-même financé la création du premier robot arabophone baptisé Ibn Sina (ou Avicenne, en français). Le robot, aux allures du célèbre scientifique et philosophe arabe du XIe siècle (turban, longue barbe et tenue arabe traditionnelle), est capable d’interagir avec les humains, imitant leur moindre mouvement et expression faciale. En fait, Ibn Sina imite si bien le comportement humain qu’il possède son propre compte sur Facebook

Ibn Sina, le robot arabophone. Photo AFP

Mais cette année est particulièrement importante pour les Émirats, qui accueilleront pour la première fois le « World Robot Olympiad », du 18 au 20 novembre. Cette compétition internationale, traditionnellement organisée dans les pays d’Asie du Sud-Est, attire chaque année des milliers d’enfants venus du monde entier pour exposer les robots qu’ils ont eux-mêmes confectionnés.

Comme quoi la robotique peut être un véritable jeu d’enfants !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :