Avis aux Syriens : conseils et astuces de la place Tahrir

22 Juin

S’il est un phénomène que l’on peut retenir aujourd’hui des révoltes populaires dans le monde arabe, c’est bien la solidarité née entre les jeunes des mouvements proliberté. En Égypte, lorsque les manifestants subissaient la répression des forces de sécurité de Hosni Moubarak, les blogueurs tunisiens, fiers de leur rôle de détonateur, leur ont prodigué une série de conseils. Un flot ininterrompu d’astuces s’est déversé sur la Toile sur les moyens de se protéger contre la brutalité policière, de déjouer la censure gouvernementale, de contrer le discours officiel à travers un réseau parallèle d’informations… C’est ainsi que les Égyptiens ont, par exemple, appris à se protéger contre la toxicité des gaz lacrymogènes en appliquant du vinaigre et des oignons sous leurs mouchoirs.
Aujourd’hui, c’est au tour des activistes égyptiens, forts de leur expérience, de se mobiliser en guise de solidarité avec leurs homologues syriens, victimes de la répression du régime baassiste. Sur la page Facebook du groupe SNN (Syrian News Network), un militant égyptien qui dit « adorer la Syrie » partage les tactiques de résistance civile appliquées dans son pays et en Tunisie. Extraits.

1. « Les manifestations doivent englober le plus de villes possible, même si le nombre de protestataires est faible. Si la révolte s’étend géographiquement, le régime aura du mal à la réprimer. »
2. « Le soulèvement doit également s’étendre temporellement, c’est-à-dire qu’il faut manifester tous les jours. Ne faites pas l’erreur commise par les Bahreïnis qui se sont tout de suite rassemblés dans un même site – la place de la Perle. Attendez que votre mouvement prenne plus d’ampleur et que le régime soit affaibli avant de passer à cette étape. Nous, on ne s’est rassemblés sur la place Tahrir qu’après avoir coupé le bras sécuritaire de Moubarak. »
3. « Essayez d’épuiser les forces de l’ordre en prolongeant les manifestations tout au long de la journée, et surtout la nuit. C’est ce que nous avons fait les 25, 26 et 27 janvier. Le 28, vendredi de la colère, ils n’ont tenu que trois heures tellement ils étaient fatigués. »
4. « Ne manifestez dans les grands espaces qu’en très grand nombre. Sinon, rassemblez-vous dans les petites ruelles et essayez d’attirer les sympathisants. »
5. « Soyez courageux. Votre détermination les affaiblira psychologiquement. Lors de notre marche sur le pont Kasr al-Nil, nous avons réussi à tenir tête à la police en remplaçant les blessés et les affaiblis du premier rang par rotations régulières. »
6. « N’attaquez jamais les forces de l’ordre. Votre mouvement doit rester pacifique coûte que coûte. Refusez de porter des armes, même si vous êtes attaqués. »
7. « Le conseil suivant est très, très important : restez unis. Scandez les mêmes slogans. Ne donnez aucune excuse au pouvoir qui tente de vous diviser sur des bases confessionnelles ou idéologiques. Pendant les manifs, le chrétien doit marcher aux côtés du musulman, l’islamiste aux côtés du laïc, le pauvre aux côtés du millionnaire… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :